Pour une politique cohérente en faveur des personnes âgées

Conseil municipal, jeudi 9 juillet 2015

Intervention de Véronique Bauguil

Je profite de cette délibération pour vous interroger sur votre politique pour le logement des personnes âgées. Celle-ci ne doit pas uniquement être guidée par l’urgence des économies à réaliser à court terme. Elle doit tenir compte des besoins et des évolutions sociales, urbaines et institutionnelles.

Vous allez fermer 2 résidences (Viricel et Nérard) et veiller à améliorer le taux d’occupation des résidences, cela nous paraît aller dans le bon sens.

Aujourd’hui, en effet, de  nouvelles formes d’habitat avec services pour personnes âgées se développent en dehors de la réglementation médico-sociale. Elles rencontrent dans l’ensemble un écho favorable auprès de ces personnes. Cette offre n’est pas uniquement réservée aux personnes disposant de ressources élevées ; des opérateurs mutualistes, développent désormais un habitat social avec des services plus ou moins diversifiés. Ce développement est de nature à affecter l’offre plus ancienne que constituent les logements-foyers, qui sont des établissements sociaux réglementés par les codes de la construction et de l’habitation (CCH) et de l’action sociale et des familles (CASF).

Cette politique doit aussi s’articuler avec la métropole qui a en charge l’habitat mais qui est aussi responsable de la politique gérontologique.

A ce titre, elle a en charge le schéma gérontologique qui dresse le bilan quantitatif et qualitatif de l’offre sociale et médico-sociale et qui détermine les perspectives et les objectifs de développement de cette offre (notamment création, transformation et suppression d’établissements)

Le maintien à domicile est une priorité mais l’adaptation des logements constitue un élément fort pour assurer le maintien à domicile le plus longtemps possible. Les formules de logement intermédiaire entre le domicile et l’établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont aussi utiles dans le parcours résidentiel d’une personne âgée.

Le rapport Broussy, en 2013, suggérait la création d’une nouvelle catégorie d’établissements, la « résidence plate-forme de quartier », qui aurait pour mission de proposer un ensemble de services (hébergement, animation, services à domicile, information) au sein d’un quartier.

Enfin, pour les personnes nécessitant une prise en charge médicalisée, il faut veiller à l’offre de places en EHPAD. En 2014, une étude a montré que le nombre d’EHPAD dans le Rhône (250 soit 18.000 lits) s’avère insuffisant face au nombre de demandes. Cette situation est particulièrement vraie à Lyon.

Voilà quelques pistes, sur la question du logement de personnes âgées, à prendre en compte si vous voulez, comme vous l’avez dit dans votre programme : «  faire de la métropole de Lyon, une métropole amie des aînés ».

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE