L’UDI fixe sa feuille de route pour la Métropole de Lyon

Métropole. L’UDI a pré­senté ses pro­po­si­tions pour l’éla­bo­ra­tion du pacte de co­hé­rence mé­tro­po­li­tain. Acte fon­da­teur de la nou­velle Métropole.

Le pacte de co­hé­rence mé­tro­po­li­tain. C’est un peu l’acte II de la créa­tion de la Métropole, le do­cu­ment fon­da­teur qui fixe le cadre des re­la­tions entre les com­munes, la Métropole, les ha­bi­tants, les as­so­cia­tions, les en­tre­prises.

La loi donne six mois à la Métropole pour pro­duire le do­cu­ment, soit une ra­ti­fi­ca­tion avant l’été. Gé­rard Col­lomb, lui, se donne pour­tant jus­qu’à la fin de l’an­née pour consul­ter. Plu­sieurs groupes po­li­tiques ont com­mencé à éla­bo­rer la char­pente du pacte de co­hé­rence, à l’ins­tar de « La Métropole au­tre­ment », pré­sidé par le maire PS de Vil­leur­banne Jean-Paul Bret.

Ce mardi, ce sont les cen­tristes de l’UDI qui ont pré­senté leur copie ar­ti­cu­lée au­tour de trois axes : proxi­mité, dé­ve­lop­pe­ment et équi­libres.

L’oc­ca­sion pour l’élu lyon­nais, et pré­sident du groupe, Chris­tophe Geour­jon, de re­pro­cher à Gé­rard Col­lomb « de re­fu­ser de don­ner sa vi­sion de la Métropole », in­sis­tant, « il n’a pas com­pris ce qu’était une Métropole. Il n’a pas du tout tra­vaillé avec les com­munes ».

Vers la suppression de la Ville de Lyon

L’UDI pro­pose ainsi trois ni­veaux d’in­ter­ven­tion : com­munes, confé­rence des maires et Métropole. Avec une spé­ci­fi­cité lyon­naise et la vo­lonté de voir à terme s’ef­fa­cer l’éche­lon ad­mi­nis­tra­tif de la Ville de Lyon au pro­fit d’ar­ron­dis­se­ments aux com­pé­tences re­gon­flées. Meilleure li­si­bi­lité, meilleure gou­ver­nance, les cen­tristes veulent voir les confé­rences ter­ri­to­riales des maires consa­crées comme l’éche­lon de proxi­mité de la Métropole avec la créa­tion d’une Mai­son de la Métropole. Conseils ci­toyens, exer­cice d’un droit de veto concluent ce volet.

Autre ini­tia­tive forte, une nou­velle ré­par­ti­tion des com­pé­tences, avec « une re­dé­fi­ni­tion en pro­fon­deur des do­maines d’in­ter­ven­tion des com­munes et de la Métropole à tous les ni­veaux ».

Enfin, et c’est un point im­por­tant de la dé­mons­tra­tion, la vo­lonté de maî­tri­ser, et à terme de ré­duire les coûts mais aussi les ef­fec­tifs : Métropole et com­munes em­ploie­raient, selon M. Geour­jon, 25 000 agents ! Un ob­jec­tif qui pas­se­rait par une né­ces­saire mu­tua­li­sa­tion.

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE