Léo Lagrange : un choix idéologique au détriment des associations lyonnaises.

Vous connaissez ma franchise habituelle Monsieur le Maire. Je n’irai pas par quatre chemins sur ce dossier. Vous avez choisi d’intégrer l’association Léo Lagrange comme nouveau prestataire d’éducation populaire sur le territoire de la Ville de Lyon. Ce choix est incompréhensible.

Sur le principe, attribuer une subvention de fonctionnement à une association qui va rendre un service au public ne nous pose aucun problème. Mais compte-tenu du montant élevé de la subvention, 1 251 894 € je vous le rappelle, les arguments qui vous ont conduit à prendre cette décision nous interpellent. Car de nombreuses zones d’ombres demeurent.

Tout d’abord, vous avez vraisemblablement identifié un besoin d’améliorer la politique publique globale en matière de périscolaire et d’extra-scolaire. Vous considérez donc un manque ou une insuffisance dans le dispositif actuel.  Il est vrai que la Ville gère encore aujourd’hui en régie directe une bonne partie de cette politique et qu’elle ne peut pas aisément tout faire toute seule. Le bilan de la consultation sur les rythmes scolaires avait d’ailleurs bien montré des différences qualitatives importantes dans les activités périscolaires. Tout le monde s’était accordé sur le point que celles assurées par la Ville étaient moins bonnes que celles fournies par les associations et les MJC.  Les élus du groupe « les Indépendants » défendent depuis toujours une réflexion globale du mode de gestion d’un service public afin de trouver le juste équilibre entre

économie et qualité du service rendu. C’est donc une volonté de rendre un service public plus performant et plus clair. Cela nous le comprenons et nous le soutenons.

Cependant, votre second choix est un peu plus surprenant. Vous avez décidé d’intégrer aux dispositifs existants un prestataire extérieur. Pourquoi ne pas avoir privilégié une réorganisation en interne avec les acteurs actuels, notamment les MJC ? Un choix étrange alors que les MJC et les différentes associations chargées de piloter pour la Ville ces missions de services publics, rendent, de l’avis général, une prestation de qualité. Considérez-vous que ces associations locales ne sont pas en mesure de répondre aux besoins éducatifs de notre ville ? Pourtant, elles ont pu, au fil des années, acquérir une expertise et une maitrise qu’il faut aujourd’hui souligner. Pourquoi risquer de les déstabiliser notamment là où elles sont bien implantées, je pense notamment à Gerland, à Montplaisir ou dans le quartier des États-Unis. L’arrivée d’un nouveau concurrent dans des zones qu’elles avaient mis des années à maitriser risque d’être préjudiciable pour l’ensemble du dispositif.

Ensuite, lorsque les élus du groupe « les Indépendants » ont légitimement demandé des précisions sur les modalités de mise en concurrence à votre Adjoint, Frank Lévy, lors de la dernière commission Éducation, les réponses sont restées assez floues. Le seul point qui nous a été confirmé c’est qu’un appel à projet avait été ouvert et que deux structures étaient au départ intéressées : l’UCPA et Léo Lagrange. L’UCPA n’avait cependant, selon les dire de votre Adjoint pas donné suite. Cette offre n’étant pas jointe en annexe de la délibération, nous avons contacté l’association UCPA. Le directeur général de l’UCPA, nous a répondu par mail qu’il n’avait pas eu connaissance de ce projet. Vous comprenez, Monsieur le Maire, que cela interroge. D’un côté votre Adjoint nous affirme en Commission que l’UCPA étaient intéressé mais les premiers concernés ne sont pas au courant. Une opacité que je vous saurais gré de lever.

Enfin, le choix du prestataire finit de semer le trouble dans ce dossier. Outre les méthodes pédagogiques de cette association sujettes à débat chez les pédagogues, il est juste de rappeler que le Président National de Léo Lagrange est Yves Blein, Ancien Maire Parti Socialiste de Feyzin et actuellement Député LREM de la 14e circonscription du Rhône après avoir été, pendant 33 ans salarié de Léo Lagrange. Un mélange des genres qui surprend.  Tout le monde ici connait les montages qui ont permis pendant des années à la fédération Léo Lagrange du Rhône, grâce un mécanisme de facturations, de détourner les fonds publics de la commune de Saint Fons. Tout le monde se souvient, également, que le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, alors député, avait bénéficié, pendant 2 ans, des services d’une assistante parlementaire qui était en réalité payée comme « animatrice en formation » par le Centre Léo Lagrange.

Les pratiques ont peut-être évolué mais les hommes étant resté les mêmes, vous nous permettrez de craindre à nouveau les travers de l’ancien monde… Avec ce passif, pourquoi vous être obstiné à implanter, à tout prix, cette association à Lyon au détriment de notre propre tissu associatif ? Nous attendons des réponses de votre part. Mais nous ne pourrons pas cautionner ce choix plus que douteux.

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE