L’ancien premier flic de France entend fliquer ses élus !

Monsieur le Maire,

Les élus du groupe « Les Indépendants » prennent acte de la décision de la majorité des élus municipaux de Lyon, de vous élire, pour la 4e fois en 18 ans, maire de notre Ville.

Mais avaient-ils vraiment le choix ? Permettez-nous d’en douter compte-tenu de votre refus d’imposer un passage par l’isoloir conformément à notre demande. Certes, l’isoloir était présent mais facultatif. Et le simple fait de s’y rendre aurait été interprété comme un aveu de traîtrise pour les membres de votre majorité. De plus, les bulletins manuscrits laissent planer un doute supplémentaire sur le caractère secret du vote. Ce n’était pourtant pas l’envie qui manquait à de nombreux élus qui vous soutiennent officiellement de glisser dans l’urne un autre bulletin que celui portant votre nom. Mais passer des paroles à l’acte était difficile. Bref, la peur des représailles a dominé ce scrutin. Sans compter les 20% de l’assemblée ne participant pas au vote qui n’est pas un signe de vitalité de démocratie locale.

Certains auteurs, comme Tocqueville, ont théorisé la tyrannie de la majorité. Dans votre œuvre créatrice, Monsieur le Maire, vous avez inventé la tyrannie sur la majorité. À défaut des voyous, l’ancien premier flic de France entend maintenant fliquer ses élus ! Quelle ingratitude envers ceux et celles qui vous ont permis d’accéder à cette fonction et soutenus, certains depuis 3 mandats.

Lorsque l’on n’a plus que le fliquage, la contrainte, la peur comme méthodes de management d’une majorité politique, c’est qu’on n’a plus vraiment l’autorité nécessaire pour la conduire.

Pourquoi certains de vos anciens soutiens ne vous font plus confiance aujourd’hui ? Pourquoi votre opposition, qui vous avait pourtant décerné de bons points lors de votre nomination place Beauvau, ne se contente pas de prendre acte de ce changement ?

D’abord, car votre départ du gouvernement a été choquant. Oui, vous avez choqué les Français en abandonnant votre ministère, en déstabilisant le gouvernement et les institutions de notre pays. En fragilisant ainsi la sécurité de notre pays dans un contexte de délinquance, de violence, de risque terroriste élevé. Et tout cela pour quoi ? Pour assouvir vos ambitions personnelles, auxquelles on peut associer celles de votre épouse, sans aucun égard pour la très haute fonction d’Etat qui vous avait été confiée, sans aucun respect du devoir d’Etat qui vous incombait. C’est en effet choquant voire même indigne.

Ensuite, car vous avez imposé votre retour, comme un baron de temps que l’on croyait révolus, avec les méthodes du vieux monde. Vous n’avez pas annoncé votre retour pour Lyon mais pour vous. Vous avez annoncé votre retour pour être candidat en 2020. Pour être candidat à un 4e mandat consécutif au même poste, en parfaite opposition avec la loi de non cumul des mandats que vous avez pourtant vous-même fait votée. Mais bien sûr pour les suivants, pas pour vous… Et tout cela au nom de la moralisation de la vie politique ? Mais quel mépris pour les électeurs et pour tous les Français. Vu d’ici, le passage par les ors de la République semble vous avoir tourné la tête… À Paris, comme à Lyon, vos méthodes le prouvent, vous avez perdu pied avec la réalité.

Alors, disons le tout net, les conditions de ce retour ne prédisent rien de bon pour notre ville. Pendant les 18 mois de votre absence, nous avons tous ici, majorité comme opposition, redécouvert des notions disparues depuis votre première élection il y a près de 18 ans : la considération, le dialogue, l’écoute …, en un mot, le respect. Je veux d’ailleurs rendre hommage à Georges Képénékian pour cela. Et cet état d’esprit n’a pas empêché les dossiers d’avancer. Bien au contraire. Oui monsieur le maire, nous avons tous respiré pendant ces 18 mois et la Ville a été géré. Aujourd’hui, élus et services,  nous craignons tous le retour d’un pouvoir autoritaire qui ne sert en rien notre ville.

J’ai bien entendu votre intervention. Elle nous laisse un espoir. J’ai compris que l’écoute et le dialogue deviennent enfin un sujet de réflexion. Mais surtout ne réfléchissez pas trop longtemps. Hatez-vous  de vous ouvrir, enfin, au débat, à la concertation et à la co-construction. C’est ce à quoi nous aspirons depuis 15 ans. Alors oui, Monsieur le Maire, il n’est jamais trop tard pour bien faire pour Lyon.

Vous avez aussi parlé d’innovation. Alors innovez Monsieur le Maire, en travaillant réellement non pas contre mais avec les élus, tous les élus, y compris ceux de votre opposition. Ils sont légitimes. Ne l’oubliez pas.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire Monsieur le Maire. C’est donc sans gloire que vous reprenez ce fauteuil de Maire que vous vous étiez gardé au chaud. Ce que vous n’avez heureusement pas réussi à faire à la Métropole où se joue pourtant beaucoup du quotidien des lyonnais et de l’avenir de notre agglomération. Là-bas, les élus ont été moins dociles. Vos méthodes et vos promesses non tenues ont lassé, froissé voire déçu un grand nombre d’élus qui avaient pourtant franchi les barrières politiques pour travailler dans l’intérêt général. Il faut dire que, là-bas aussi, les méthodes de David Kimelfeld ont apporté une bouffée d’air frais à la gouvernance et ont fait du bien à tout le monde.

Finalement, il nous reste une question : avez-vous jamais cru au nouveau monde et à la fin des clivages que vous avez pourtant porté aux nues pendant la campagne des présidentielles ?

Monsieur le Maire, les citoyens, les Lyonnais ne sont plus dupes. Ils ne veulent plus de ces petits arrangements. Ils veulent des élus exemplaires, des élus dans l’action, des élus qui mettent de côté leur intérêt personnel au profit de l’intérêt général. Ils veulent également des élus ayant une vision à 20 ou à 30 ans, porteurs d’un véritable projet de territoire ambitieux. C’est en ce sens que j’ai proposé ma candidature à la Mairie de Lyon aujourd’hui. Car je veux dire aux lyonnaises et aux lyonnais qui nous écoutent et nous regardent, de ne pas se résigner. Une autre voie est possible. En 2020, ils auront la possibilité de dire assez à ces méthodes d’un autre âge. Nous sommes en train de construire un projet d’alternance. Et celui-ci mettra en avant deux thématiques indispensables :  une vision à long terme de notre ville et de notre Métropole, une nouvelle place pour  la proximité. Oui, ne vous en déplaise, il va falloir décentraliser. Lyon est la Ville la plus centralisatrice de la loi PLM et en bientôt 3 mandats,  vous n’avez rien fait pour remédier à cela. Bien au contraire. Je sais que la décentralisation ne fait pas partie de votre méthodes mais elle est pourtant indispensable pour maintenir la qualité du service public, pour assurer une meilleure tranquillité, une meilleure propreté. Sur ces deux points notamment, notre ville a un énorme travail à faire. En témoignent les scènes surréalistes et inacceptables auxquelles nous avons eu droit à l’occasion d’Halloween la semaine dernière.

J’espère que les 17 mois qui viennent ne seront pas exclusivement le temps de votre campagne électorale. Car les défis immenses auxquels notre ville est confrontée (climat, sécurité, propreté, éducation, logement, développement durable, …) imposent au maire de Lyon d’agir et non pas de penser, au quotidien, à sa 5e réélection.

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE