Cours Vitton : des engagements non tenus !

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Vous nous demandez d’adopter aujourd’hui une Convention de Maitrise d’Ouvrage Unique entre la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon pour la requalification du cours Vitton.

À la lecture de cette délibération, deux impressions contradictoires dominent : du soulagement et de la colère.

Du soulagement, tout d’abord. Car cela fait maintenant 25 ans, et ce n’est pas mon collègue Jean-Jacques David qui me contredira, que les élus du 6e alertent la Ville et la Métropole sur la dangerosité de cet axe. Extrêmement fréquentée, mal aménagée et fortement accidentogène, cette voie ne donne pas aux piétons une sécurité suffisante. Il est dramatique que ce soit à la suite d’un nouveau tragique accident que la Ville et la Métropole se soient rendues compte des enjeux et aient enfin lancé des études pour la réalisation d’un premier tronçon en novembre 2019.

De la colère ensuite. Car le projet que vous nous demandez d’adopter ne correspond pas à ce qui a été co-présenté devant la presse le 23 février dernier, puis le 1er mars, en réunion publique, à plus de 350 habitants du 6e, par vous Monsieur le Président de la Métropole et par vous Monsieur le Maire de Lyon.

Le projet que vous nous présentez, n’est en aucun cas le projet qui répondait aux aspirations des commerçants en termes d’aires de livraisons et en termes de largeur de trottoir. Le projet que vous nous présentez, n’est en aucun cas le projet qui répondait aux aspirations des riverains, consultés en nombre par le CIL Brotteaux. Le projet que vous nous présentez, vous a été imposé par les associations de cycliste en total déni du compromis trouvé, en février dernier, entre l’ensemble des acteurs dont faisait partie ces associations.  Preuve en est, votre décision, Messieurs, de figer le tronçon de 150 m sur les 1.5 km du cours Vitton sans avoir réaliser des études préalables sur l’ensemble de l’axe et flécher ainsi le profil du tronçon futur. Un non-sens !

Pour les élus du groupe « les Indépendants », la parole publique a encore un sens et une valeur. C’est pourquoi nous ne reviendrons pas sur notre vote et voteront favorablement cette délibération comme nous l’avons fait à la Métropole et en arrondissement.  Cela ne signifie pas que nous cautionnons vos méthodes douteuses. Cela signifie qu’après 25 ans d’immobilisme, cette délibération reste une avancée.   

Luc Lafond

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE