À quand un Compte Unique de Mobilité pour notre territoire ?

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Avec une réduction de la dette de plus de 40 M € depuis 2013 (2013 : encours de la dette 90,7 M €/ 2017 : encours de la dette 50 M€) et malgré une baisse de la fréquentation des parcs cette année, de – 1 471 000 passages, le rapport des mandataires de l’exercice 2017 démontre une nouvelle fois la bonne santé financière de la SEM Lyon Parc Auto.

Il est vrai qu’elle a su, il y a maintenant 15 ans, « prendre un temps d’avance », en diversifiant ses activités au-delà de l’exploitation de places de parking notamment avec la création du service d’auto-partage CITIZ. 15 ans après le succès est au rendez-vous puisque au-delà de l’équilibre financier trouvé, CITIZ s’est diversifiée en proposant depuis l’année dernière l’autopartage sans stations Yea! Ces offres contribuent à désengorger nos rues et nos places de stationnement, puisqu’il est important de le souligner, qu’un véhicule d’auto-partage s’est 9 places de stationnement libérer. LPA contribue grandement à la diversification et à la rationalisation des offres de mobilité. Les élus « les Indépendants » tenaient à les en féliciter.

En mars 2012, en lançant le projet Optimod’Lyon, le Grand Lyon avait su également « prendre un temps d’avance » sur cette question cruciale de l’optimisation de la mobilité durable dans notre Ville. Son ambition, répondre à une question simple : « comment aller d’un point A à un point B le plus rapidement possible et au meilleur prix ? ». Malgré des résultats prometteurs, le projet fut abandonné par le Grand Lyon en 2016 suite à des pressions du SYTRAL principalement pour des raisons politiques et de leaderships.

Depuis, d’un temps d’avance nous avons pris un temps de retard ! En effet CityWay, un des partenaires du projet Optimod’Lyon a continué à développer des outils numériques permettant de mettre en place une mobilité servicielle. Le résultat s’est le Compte Mobilité Unique mis en place par Mulhouse Alsace Agglomération depuis septembre. Service quasi-unique en Europe, ce dispositif permet à l’utilisateur équipé d’un smartphone de se soustraire à la multiplication des applis, abonnements ou titres de transport en accédant dans une même application à l’ensemble des services de mobilité de l’agglomération :

  • Les transports en commun
  • L’auto-partage (en utilisant les véhicules du réseau CITIZ)
  • Les parkings
  • Les vélos en libre-service
  • La location et le gardiennage de vélos

Un système similaire, développé par la société Maas Global, existe à Helsinki depuis 2 ans. L’application Whim donne également l’accès aux taxis.

Pour convaincre des automobilistes de renoncer à leur voiture, il est indispensable d’offrir des solutions pour aller n’importe où, n’importe quand sans devoir tout planifier à l’avance. Pour cela, il faut donner l’accès à tous les moyens de transport, y compris une voiture quand ils en ont besoin.

L’objectif est bien de promouvoir les modes de déplacement alternatifs à la voiture personnelle en facilitant leur accès, en décloisonnant les usages tout en préservant le pouvoir d’achat, en réduisant les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre. Un outil indispensable à toutes villes qui prétend lutter concrètement contre la pollution urbaine.

À Lyon une telle application devrait donner accès en plus des transports en commun et des Velo’v, aux parkings, à Bluely, à CitiZ mais aussi aux TER notamment sur le territoire métropolitain.

Monsieur le Maire, allons-nous prochainement rattraper notre temps de retard ?

Christophe Geourjon

Partagez !
Facebook
Facebook
SHARE